Un peu d’histoire familiale

Pourquoi les filles de Marguerite ? C’est du coté maternel qu’il faut chercher l’origine de ce nom.

En effet, ma maman Marguerite, brodeuse à la main, avait un réel talent. C’est à ses cotés que j’ai appris l’amour du travail manuel et l’exigence d’un ouvrage bien fait. Lorsqu’elle est partie, bien trop tôt malheureusement, j’ai hérité de ses aiguilles et de ses ouvrages. Mais bien plus encore, elle m’a transmis en héritage, son don et son savoir-faire.

​Quelques années plus tard, après avoir suivi une formation en haute couture à Lyon, j’ai repris les aiguilles… L’envie de créer était là. Une série d’adorables nounours a d’abord vu le jour, sans doute pour me consoler de quelques tristesses passagères. Puis vint le tour des accessoires de modes, trousses à maquillage, … sans oublier les sacs à tarte, et autres objets participant de l’art de la table.

Les quelques placards de ma modeste demeure furent très vite remplis de ces œuvres magnifiques mais envahissantes. Que faire ?

Là encore, c’est la solidarité familiale qui vint à mon secours. Les trois sœurs remplirent leurs voitures et s’en allèrent gaiement exposer les œuvres dans les marchés de noël des alentours de Montbrison. Au fronton du stand, trônait fièrement un ouvrage brodé intitulé « Les filles de Marguerite ».

Des créations, encore et toujours des créations

 

Aujourd’hui, je suis fière de vous présenter quelques photos de mes créations entièrement faites à la main. Si vous désirez les découvrir, je vous invite à me rejoindre sur les marchés de Noël. Pour connaître les dates, ou pour toute question, n’hésitez pas à prendre contact avec moi.

​Arlette Jacob.